Kraków

chw

Trois jours à Cracovie

Jour 1

La grande confusion des voyages… Raynair, mon premier vol avec cette compagnie m’en a fait voir de toutes les couleurs. Avec un retard de deux heures et trente minutes d’attente supplémentaire sur la piste, plus le temps allait, plus je me disais que j’allais avoir des problèmes à l’arrivée en Pologne.

En effet, la réceptionniste avec qui j’ai échangé pour la réservation m’avait indiqué que leur comptoir fermait à minuit. Mais j’avais encore un brin d’espoir, car j’avais demandé d’arranger un taxi pour venir me chercher à l’aéroport.

Après un atterrissage qui m’a fait littéralement perdre mes lunettes sous le siège de la banquette avant, ma tablette indiquait minuit deux.

Après la cueillette de mon bagage une demi-heure plus tard, je sors de la zone vers rien à déclarer et je vois une jeune fille blonde, 18 and peut-être, avec mon nom sur un carton! Je vais vers elle, elle se présente en anglais, et je crois naïvement qu’il s’agit de quelqu’un de l´hotel’s70 où j’ai loué, deux nuits, un appartement.

Jour 1

En cours de route, je m’en rends bien compte qu’il s’agit de la chauffeuse de taxi, en équipe avec son père, qui me sauve de ma mauvaise aventure. En route on sympathise. Elle me raconte qu’elle veut devenir pilote et est en train de se former comme ingénieure en aviation, 5 ans, 7 peut-être d’étude. Dans ma tête, je me la représente surtout comme mon ange de Cracovie.

Nous arrivons enfin à l’hostel’s70 pour confirmer que la réception est bien fermée. Je règle la course, 20 €. La jeune chauffeuse de taxi croyait pourtant elle aussi que quelqu’un aurait attendu pour m’ouvrir la porte. Elle me demande quel est mon plan B.

-Un autre hôtel?

Elle me conduit au ParkInn, où j’ai payé un bon lit pour me tirer de cette mauvaise histoire et dormir.

Déplacement vers le fameux hostel’s70, j’apprends que l’adresse a changé et que les indications sur Google maps me conduise à une adresse où ne loge pas mon hôtel. Un échange avec une personne en anglais m’apprend que l’hotel est situé de l’autre côté sur l’autre rue.

J’y arrive, frustrée en surface pour leur apprendre à changer cette mauvaise habitude de fermer la porte aux clients qui arrivent après minuit.

Je vois la chambre appartement, absolument rien de pareil à ce que j’ai vu sur la photo, c’est moche, mais la salle de bain est neuve, propre et il y a un séchoir. Je ne l’utilise pas, mais j’ai lu quelque part que c’est la nouvelle tendance en Pologne et je  décide de ne pas faire de chichi. Une nuit pour dormir à pas cher et une autre réservation que je ferai pour la nuit suivante. J’ai décidé de rester pour aller visiter le musée d’Auschwit et Birkenau de l’immonde génocide de 1939-1945. J’irai prier sur les cendres des ancêtres.

Je passe l’après-midi à visiter la vieille ville.e1493eae-a8ae-4db0-96bd-b4aaac22a679.jpeg

En fin d’apres, j’ai décidé d’aller repérer la gare. Sur place, je profite du moment pour questionner le fonctionnement de ma fameuse passe Eurorail qui m’a coûté cher. On m’informe que je dois réserver mes sièges si je veux être assise, sinon, je devrai voyager debout. Je fais donc la file pour mes réservations. J’apprends que pour me rendre à Cluj-Napoca, en Roumanie, il me faudra bcp de déplacement même si c’est de Varsovie. Il ne se trouve aucune place assise pour me rendre à Varsovie, d’ailleurs. J’opte donc pour deux réservations en voyage de nuit : Budapest et Prague. On verra pour la suite.

Jour 3

Visite d’Auschwit-Birkenau – un tour avec SeeKraków.

85E04ED3-6599-48BF-BFF4-BE8782F5BEF0

Je me lève tard et je transporte mes bagages à la Résidence Kraków, un excellent choix à un excellent prix. Avoir trouvé cet hôtel avant, j’y aurais séjournée pour mes trois jours.

Puis, vers 13 h, je me dirige à l’endroit désigné pour recueillir les touristes en route vers Ocevitw, l’ancien village de Pologne dont la population a été déportée par les Allemands, et ceux qui refusaient, emprisonnés; un parcours de 90 minutes pour s’y rendre. Une visite de 5 h.

Un site qui bouleverse bien sûr.

Retour après beaucoup de marche et 3 h de bus aller-retour. Je retourne à l’hôtel vers 9 h 30 le soir.

Jour 4

Depart vers Budapest en train ce soir. J’ai envoyé des colis par la poste pour alléger mes bagages.

Je suis fatiguée, mon corps souffre de marcher beaucoup chaque jour, mais qu’à cela ne tienne, je me rendrai à la gare en faisant un arrêt à la House of Beer pour me rafraîchir, manger, écrire mon blog.

 

Mon train décolle ce soir, 22 h 30 environ. Je rêve à Budapest et à ses Thermes qui me feront du bien! Deux jours de repos!

bon voyage !

 

Publicités