Survivance

En tant qu’auteure, je m’inspire d’événements de ma vie, de ceux que j’observe autour de moi ou que j’entends pour écrire des histoires. Cette série de courts récits fait entrer les lecteurs dans l’univers de la survivance et de ses variantes.

(english version)

La conspiration

Mad Bear. C’est comme ça qu’on l’appelle dans la rue. Il vit au centre ville, sous les escaliers d’une ruelle. Quand il a faim, il fouille dans les poubelles des poubelles pour trouver des restes de sandwichs ou de hamburgers. Dans ses jours de chance, quelqu’un laisse une soupe chaude et des croissants juste devant sa grotte. Il les mange même s’il sait que cela vient du Diable.
Son esprit est rempli d’épées transperçant le cœur de tous ceux qui passent près de lui. Il a faim de justice, de liberté et d’équité. Sa folie, qui est comme un état d’hallucination pour ceux qui l’entourent, le maintient dans un état physique et mental dissocié. Une pile de pilules à côté de son lit de fortune attend d’être prise. Il ne peut pas vivre sans elles. Il ne les avale jamais, mais tant qu’elles sont à ses côtés, comme un meilleur ami, il se sent plus en sécurité. Elle sera là quand le moment sera venu de l’utiliser. Car un jour lumineux peut se transformer en cauchemar en 24 heures, la vie est un coup de dés jetés pour parier sur une information qui s’est avérée être une fakenews. La vie est une fakenews ou au mieux un trou brûlant qui ne cherche qu’à vous consumer, votre énergie, votre intelligence, votre argent, vos émotions.
Mad Bear est sans âge et reste aussi discret que possible. L’air vieux avec sa longue barbe blanche, il s’habille de vêtements sobres aux tons gris. Il personnifie l’ombre qui glisse sur les murs et sur les gens.
L’homme croit que sa vie est un coup monté par eux, sa famille et le Diable, le Diable étant aussi le Gouvernement et la Société.
Il a quitté sa maison parce qu’ils l’espionnaient, lui, son cerveau, avec des caméras et des micros placés dans son réfrigérateur, sa boisson lorsqu’il utilise des glaçons, et tout ce qui est électronique ou électrique, les micro-ondes, la télévision, la radio, les ordinateurs, les prises électriques, le grille-pain, la bouilloire, les lumières, etcetera. Une surveillance totale. Un Big Brother. Sa femme et ses enfants lui disaient qu’il n’y avait personne et rien sur ce dont il parlait. Ils essayaient de le convaincre que ces images ou ces sons qu’il percevait étaient des erreurs de connexion dans son cerveau. Il a décidé de les quitter le jour où il a rencontré le psychiatre qu’il avait rencontré à l’hôpital. Sa famille pouvait être en danger à cause de lui. Il a séjourné à l’hôpital psychiatrique sous surveillance pendant quelques mois, avec des médicaments et des séances de discussion afin de le guérir de ses visions. Même s’il avait demandé au docteur de retirer le microchip qu’il croyait installé sur le sommet de son crâne, rien n’avait été fait. Le docteur lui répétait qu’il n’y avait pas de microchip à cet endroit. À la fin de son séjour, Mad Bear allait mieux et était très obéissant aux règles de l’hôpital. En fait, il voulait sortir de là et agissait comme s’il croyait ce qu’on lui disait. Il a changé son comportement comme ils l’ont fait avec lui. C’est la meilleure stratégie, car elle lui a donné le feu vert pour retourner dans la société. Mais il a choisi de vivre dans la rue au lieu de retourner avec sa femme et ses enfants. Il préférait contrôler son état et sa vie et ne pas être confiné dans ces conneries pseudo-médicales et scientifiques. Après tout, il est aussi allé à l’école et a étudié brillamment les sciences et la politique, les maths et la biologie. Et à quoi cela a-t-il servi ? A RIEN, car ce qu’il a appris peut maintenant être appris sur Google, sur Youtube ou sur Twitter. Celui qui le contactera par le biais de ce microchip ne blessera pas sa famille, ni ses amis. Le trou du diable brûlera dans le vide, aucune âme ne sera blessée sauf la sienne, celle de Mad Bear.

©LynndaProulx2022

L’état d’urgence

Il était une fois une jeune fille vivant dans un petit village qui avait des visions dans sa tête, comme des sortes de flashs. Ce royaume des visions était un don spécial qui lui avait été donné. Pourtant, en tant qu’enfant, elle ne savait pas comment l’utiliser et comment le contrôler. Parfois, elle avait même peur de ces flashs car ils étaient terrifiants. À titre d’exemple, elle souhaite que je partage ici avec mes lecteurs, cette image terrible qui lui est venue à l’esprit à l’âge de 9 ans, celle d’enfants jetés par-dessus le haut pont rouge au bas de la colline de son village. Ce pont est aussi haut qu’un immeuble de 70 étages. Cette terrible image l’a fait marcher de nombreuses fois le long de la rivière qui passe sous ce pont sans rien trouver. Elle en avait parlé à sa mère qui lui avait dit de n’en parler à personne et de l’oublier.
Quelques années plus tard, un père a poussé ses 2 enfants et lui-même sur ce même pont ; les enfants sont morts mais le père a survécu à son horrible manœuvre. Elle n’a donc jamais pu oublier.
Maintenant, à l’âge adulte, elle a pu comprendre comment cela fonctionne et le contrôler beaucoup mieux. Moins de peur, mais souvent toujours aussi effrayante. Je vais vous en dire un peu plus sur son histoire.

Pour mieux comprendre comment fonctionne le royaume des visions, une fois adulte, elle est allée voir et parler à un ancien qui l’a initiée aux pratiques chamaniques. Les rêves et les voyages l’ont aidée dans cette quête de connexion au royaume des visions. Ces trois dernières années, lorsqu’ arrive la fin de l’année, l’équinoxe et le début janvier, elle visite ces royaumes et reçoit des visions sur le déroulement de l’année et les événements qui vont se produire. En fait, elle voit des métaphores de ces événements qu’elle peut traduire en langage humain. Dans ses rêves, elle reçoit des messages des Esprits bienveillants qui veulent partager des informations avec les humains. Pour s’assurer que ces informations soient entendues par d’autres, elle les partage d’abord avec sa famille et ses amis proches, et elle les écrit dans son journal des visions. Les partager ici est une autre façon de les transmettre.

Attention : Pour 2022, elle voit beaucoup d’agressivité envers les humains et les communautés. Ces agressions encercleront les maisons et personne dans ces maisons ne pourra sortir sans avoir peur d’être attaqué. Ces bêtes attaqueront même les portes pour tenter d’entrer. Il y aura beaucoup de peur, les agressions viendront de partout, c’est un moment sombre dans l’histoire de l’humanité. La loi est de tuer si nécessaire. Il y aura aussi beaucoup de solitude pour la nouvelle génération qui vit cette période troublée de la pandémie. Même ceux qui ont du succès ne verront plus le sens de leur vie de célébrité sous les projecteurs et commettront le pire en mettant fin à leur vie pour rechercher la liberté. Enfin, il y a un faux sentiment de sécurité dans les communautés; quand le temps semblera beau et ensoleillé, beaucoup de lumières claires en formes d’orbes se montreront tels des étrangers à tirer leurs rayons lasers vers ceux et celles ayant un sentiment de sécurité au point de commencer à se déplacer parce qu’ils pensent que le ciel s’est éclairci et que les virus ont disparus. Ceux et celles qui se déplacent seront immobilisés par les lasers tandis que ceux qui restent debout comme des statues seront sauvés.
C’est ce qu’elle a dit.

©LynndaProulx2022

Commotion

J’ai assisté à la transformation de l’épidémie de Covid-19 en pandémie pendant mon premier arrêt de travail en janvier 2020. Souffrante d’une commotion cérébrale, conséquence d’une mauvaise chute dans les escaliers, je tente tant bien que mal, durant cette période, de récupérer en me reposant sur mon divan et de suivre les nouvelles radio pour me divertir l’esprit ou d’écouter Ohdio de Radio-Canada. Tout ce qu’on entend fait écho aux propos sur la Chine, mère bâillonnant ses médecins voulant avertir le reste du monde de ce nouveau virus mortel qui se répand comme la peste. Cette urgence me fait retourner au travail car j’excelle dans l’accompagnement de mes collègues en enseignement à distance. Je veux faire partie des superhéros qui travaillent sur les lignes de front. En enseignement, tous mes collègues sont des superhéros pour arriver à se tourner sur un dix cent et reprendre l’enseignement à distance en une semaine pour réaménager leurs cours en présentiel, en virtuel. Pourtant, mon retour précipité au boulot ne fait qu’empirer mes problèmes de santé. Je ne serai pas une héroïne. Je deviendrai une enseignante au bout du rouleau, encombrée par trop de sollicitation (étudiants, administration) sur un trop grand nombre de ressources numériques. Les demandes entrent de partout et le support technique est médiocre. L’insomnie m’accompagne chaque nuit, j’éclate facilement pour peu. Je dois tout faire pour me contrôler, surtout pour les étudiants qui ont eux aussi du fil à retordre. Burn out. Capoute. Tout s’effondre dans ma tête, dans mon coeur, dans mon esprit. Repos physique et surtout repos mental.

En 2021, les événements pandémiques s’accumulent : plus de variants, plus de restrictions, une course en recherche de vaccins, de médicaments et de tests rapides. Grâce aux vaccins des grandes compagnies pharmaceutiques, l’Humanité sera sauvée sous peu. Un vaccin, un deuxième, un troisième, et même un quatrième pour l’Israël dont le peuple sert de cobaye. Lequel est le plus efficace? Moderna, Pfizer, AstraZeneca, Johnson&Johnson? Au plan international, les données recueillies sur l’injection de ces différents produits deviennent essentielles pour juger de leur l’efficacité et de leur dangerosité.

Outre les trois injections de Moderna reçues en 2021, dont la dernière visait la prévention contre Omicron, et leurs effets secondaires, les sept premiers mois de 2021 ont été pénible pour moi. J’ai cumulé six chutes dont une a entrainé une infection près de la septicémie et tous ces à côtés, nécessitant deux séries d’antibiotiques, plusieurs visites médicales dont une visite aux urgences de l’hôpital Montfort. Bien sûr, ces chutes ont multiplié les commotions et les risques encourus. Une année sur le dos. J’ai eu tout mon temps pour écouter les nouvelles et pour réfléchir sur ma vie. Mais je n’arrive pas à sortir de ma torpeur. La Terre entière tourne au rythme de l’arrivée des variants Covid-19 et des données collectées Alpha, Bêta, Delta, Gamma, Kappa, Omicron, Mu et tous les autres qui sont passés inaperçus car peu contagieux.

Ce que je comprends et retiens de toute cette commotion, de ce bruit médiatique qui brouille mon quotidien, est que ces informations cherchent le drame pour obtenir la cote d’écoute. Les informations qui circulent sur les médias sociaux à coup d’insultes et de fausses nouvelles sont le reflet du drame, la version négative. L’Humain m’attriste par sa bêtise et m’étonne par sa fragilité.
En parallèle à ces variants qui ruinent notre air et dont on doit se cacher, je dois de mon côté trouver un physiothérapeute qui va me sortir de cette impasse car tous les services reçus entre 2020 et juillet 2021 ne sont pas efficaces. Ils agissent comme un diachylon. La douleur accompagne mon quotidien. La peur de tomber aussi. Grâce à une collègue de travail, G.L., ses conseils m’ont conduite en fin mai vers une Clinique de physiothérapie Cranio-Cervicale & Temporo-Mandibulaire. Alléluia! Le premier rendez-vous a pris trois mois à obtenir. Depuis la fin du mois d’août, je reçois des traitements difficiles, mais efficaces, qui améliorent ma condition générale et mon humeur éteint causé par la douleur. La détresse m’habite les trois premiers mois. Puis, je fais un pas en avant, deux pas en arrière, puis trois pas et un en arrière. Je guérie tranquillement. J’espère retrouver ma concentration d’avant, mon enthousiasme d’avant ces temps de commotion.

Certains disent qu’il faut se réinventer. Je le fais en m’engageant davantage avec mes chiens qui m’entrainent vers les plus beaux parc à chiens de l’Outaouais. Je ne cherche pas à déménager en campagne puisque j’y ai grandi. Je cherche plutôt une occupation physique plutôt qu’intellectuel. Faire mon ménage, marcher, entrainer mes chiens, cuisiner. Ça peut être aussi simple que cela.

Divinatoire

Ce virus me donne froid dans le dos. Je maudis les voyageurs, ces ingrats égoïstes, parce qu’ils seront alors les meilleurs vecteurs de contamination pour toute la planète. Le travail en bureau devient interdit et pour l’ensemble de la planète, le télétravail s’installe dans nos chaumières. Nos frontières domestiques et professionnelles sont désormais anéanties. Adieu vie privée et bonjour aux multitâches techniques sur ordinateur, tablettes et téléphones intelligents. En mars, je retourne au travail à temps très partiel et décide de fournir mon effort citoyen et me porter volontaire à aider les professeurs qui s’apprêtent à se lancer dans l’enseignement à distance. Une nuit en allant me coucher, j’ai décidé de mettre mes capacités divinatoires en avant et de questionner ce que seraient les conséquences de ce virus sur le monde. C’est ainsi que j’ai vu que ce virus viendrait voler des vies comme un voleur décide de vider une maison des bijoux et des biens précieux de ses propriétaires et de les tuer si nécessaire. Tel le canari dans la mine qui meure lorsqu’il n’a plus d’air, les poumons humains seraient les plus attaqués et ceux et celles qui en sortiraient seraient radieux, contents et reconnaissants d’y avoir survécu, car il leur faudrait beaucoup de soins, d’attention, de compassion.
Vous allez sans doute vous demander d’où me viennent ces capacité divinatoires… En bref, je suis aussi une survivante, non pas du virus à couronne 19, mais de différents abus : sexuel, négligence parentale, violence physique et psychologique de vie maritale et vie familiale, intimidation. Oui je sais, une belle liste. Depuis 2017, j’ai développé mes capacités divinatoires en étudiant les rêves et les pratiques chamaniques. Je me suis intéressée à ces pratiques à partir du moment où, en 2014, j’ai reçu un diagnostic de syndrome de stress post traumatique chronique, mécanisme de défense naturel visant à survivre aux pires malheurs humains. En fouillant sur la toile et en interrogeant les aides professionnelles qui m’ont accompagnée depuis dans ce parcours, j’ai appris que la meilleure façon de m’aider à récupérer les parties de moi prises dans la dissociation provoquée par certains déclencheurs des traumas vécus dans l’enfance et la petite enfance, était de rencontrer un chaman qui pourrait m’aider à récupérer ces parties de mon âme qui se sont isolées dans des bulles à l’extérieur de moi. En 2014, loin de moi était l’idée que je deviendrais moi-même pratiquante de ces techniques et que l’esprit du chaman viendrait se connecter au mien. Le destin m’a conduite vers des enseignants de ces pratiques et j’ai appris de nombreuses compétences qui peuvent aider les humains, les animaux et tout ce qui vit dans toutes sortes de circonstances. Je vous rassure, je n’utilise pas de drogue pour faire les voyages et communiquer avec les esprits bienveillants. Ces derniers me partagent des informations que je peux rendre utiles si quelqu’un veut bien les demander. Voilà donc que depuis 2020 jusqu’à maintenant, je suis l’évolution de la Covid-19 et je fais de mon mieux pour prévenir mes proches de ce qui s’en vient. Le plus intéressant peut-être, est que j’ai pu récupérer quelques parties de mon âme grâce au Chaman dans ma vie. Merci aux Esprits Bienveillants.

©LynndaProulx2022

Opprimés

Les opprimés savent aussi se manifester – ils sont quelques millier sans masque, adultes ou enfants, victimes de la majorité, des lois gouvernementales dictées, selon eux, à des fins dictatoriales futures, pour contrôler les Humains et leur liberté. Au nom de la liberté, ils envoient des doigts d’honneur au premier ministre sortant et fustige le porteur du message de mots peu courtois. C’est d’une élégance de pauvres qui manquent de mots pour exprimer ses émotions. Pauvre Justin qui reçoit l’empathie d’un public électeur concevant bien que face à ces insultes majeures peu méritées d’une minorité, le parti libéral lutte lui aussi contre ses oppresseurs. Un brin de cynisme à la fois…

©LynndaProulx2022

Monia

Monia arrive à l’hôpital avec son papa. Il peine à respirer. Il frissonne, fiévreux, son regard est suppliant :  »donner moi de l’oxygène ».
Une journée plus tôt, il revenait du Liban pour déplacements professionnels en passant par Paris, une escale non obligatoire, mais favorite, qui lui permettait, lorsqu’il voyageait en Europe, de prendre quelques moments avec d’autres membres de sa famille, avant de retourner en Amérique. La veille de son départ en début mars, il avait bien quelques sueurs nocturnes; il s’était contenté de se dire qu’il avait de la chance de se réveiller avec un léger mal de gorge et un mal de tête. Rien qu’un comprimé contre la douleur ne pouvait soulager. Puis il s’était rendu en taxi à l’aéroport internationale de Beyrouth. Monia, sa fille et Marie-Laure, sa sœur ainée, l’attendaient à bras ouverts à Orly. Le temps de passer quelques jours en famille et de profiter de la douceur du printemps parisien. Ravid a eu le temps de les embrasser et de se rendre chez elles. Prétextant la fatigue du vol, il a demandé à aller se reposer quelques heures. Le lendemain matin suivant, sa sieste s’était transformée en plusieurs heures de sommeil. Quand Monia a décidé que son père avait assez dormi, quelques coups sans réponse a sa porte de chambre l’ont convaincu que ça n’allait peut-être pas si bien. Elle l’a trouvé inconscient dans son lit, respirant à peine.

Ravid est parti quelques jours plus tard non par vers l’Amérique, mais vers la morgue. Dix jours plus tard, Marie-Laure l’y rejoignait. Tandis que certains survivent, d’autres quittent précocement leur vie.

©LynndaProulx2022

Deux mètres

J’en rage. Je regarde mon voisin dans la ligne allant au supermarché et je me demande s’il est conscient de sa personne. Il ne garde pas le deux mètres de distance. Il fixe son téléphone, avance machinalement lorsque la personne devant lui fait un pas vers la porte de l’épicerie. Il est hypnotisé à son téléphone. Il porte son masque en bas du nez, pour mieux respirer, j’imagine. Comment lui reprocher de vouloir respirer? Je m’interroge sur la qualité de son masque : les épaisseurs de tissu, sa capacité à respecter ces nouveaux codes sociaux (se laver les mains, se faire tester si des symptômes apparaissent, ne pas cracher dans la face des autres personnes, etc.). C’est le respect de ces codes dont nous devons tenir compte qui nous aidera à protéger les autres et nous-mêmes de ceux qui sont asymptomatiques et déambulent tout de même dans les allées d’avions et les rues de nos villes et villages, sur les plages de nos campagnes. Je maudis ces idiots qui comparent le virus à celui d’une grippe faussement mise en avant comme nouvelle arme bactériologique pour mieux contrôler la liberté des gens et la sainte démocratie du peuple. Je me demande si ce voisin de file est conscient qu’il est peut-être porteur du Covid 19, que toutes les particules d’aérosols sortant de son nez et de sa bouche contribuent à la multiplication de la maladie. Je m’enrage moi-même de ne pas pouvoir me restreindre à rester chez moi, barricader, de devoir sortir pour aller faire des courses, de ne pouvoir visiter les membres de ma famille qu’en passant par Messenger vidéo ou d’aller au parc à chiens en m’isolant dans un coin du parc afin d’éviter toute discussion ou socialisation avec les autres. J’ai beau avoir bien des connaissances, cela n’enlève pas l’humain en moi et sa stupidité qui se nourrit de mes frayeurs. Ce virus a maintenant tué 5 000 000 de personnes à travers le monde. Combien d’autres seront atteints par ce virus? Qui y survivra?

©LynndaProulx2022

Opprimés

Cette année, j’ai entendu et vu dans les médias que l’oppression avait une couleur toute particulière au Canada et ailleurs. Surtout dans les hôpitaux. Joyce est morte parce qu’elle est amérindienne, mère de plusieurs enfants qu’une infirmière lui reproche d’avoir enfantés. Elle a lutté contre ses oppresseurs, un système médical infantilisant et raciste quand l’occasion fait le larron. Les opprimés vivent peut-être dans la pauvreté économique, dans la pauvreté verbale par manque d’éducation de la langue anglaise ou française ou par manque de respect à leur égard de la part des riches et des éduqués. Les opprimés peuvent aussi venir des lois sociales dictées par les autorités selon les contextes et l’environnement des époques qui construisent les sociétés. Ils sont oubliés sur des territoires qui leur revient par les droits ancestraux, ils sont affichés sur des politiques propagandistes pour obtenir des votes en temps d’élection, ils sont enterrés dans des fosses communes pour qu’on les oublie plus vite, cachés par le silence des autorités ecclésiastiques parce qu’ils n’en valent pas la peine. Les opprimés n’ont pas droit à l’eau courante ni à l’électricité dans un pays où l’abondance se définit par ses barrages hydroélectriques et ses richesses minérales. Peut-être que les opprimés vont un jour éliminer les oppresseurs et ils auront peut-être raison. En attendant, Alpha, Bêta, Lambda, Mu, Delta et tous ceux qui viendront s’ajouter aux vagues virales s’occupent de supprimer tant l’opprimé que l’oppresseur.

©LynndaProulx2022

Little White Girl – part II

Little white girl II or Feeling black in a white body

How did I come to feeling black inside my white body?

monochrome photo of woman sleeping on ground
Photo de Xi Xi sur Pexels.com

Him – « What’s your name, beautiful one? » says the tall black man meeting the little white girl at the University student coffee shop.

Her – « Why do you want to know my name for? » The question made her feel inconfortable. What came next was even worst.

Him – « Because I love you! »

He seemed sincere yet his answer, for some reasons, felt like a trap.

Her – « But you don’t know me, how can you love me already! » She was used at men starring at her but not so much with this new style at being so flirtatious and direct.

Him – « Quite simple! Because I love the color of your skin! I also love the way you walk with so much determination as if you know exactly where you are going all the time! »

Her – « That does not make sense at all! How about we become friends and i interview you for a radio program i lead with Desjardins at the University Students Radio Station? I want to know about your life in Senegal and how it feels like to land in North America to study : Rimouski instead of New york or Boston must be a shock, no?. »

We started planning the interview and I soon learned that as a recipient of the Francophony Grants, for his master degree, he was not allowed to choose where he wanted to study nor the exact program he wanted to do. He wanted to study vegetal biology but there was no such programs in Rimouski where they sent him. Apparently, the recepients were divided between a certain amount of French Canadian Universities where they could pick up a program that was the closest to what they wanted. Since one has the chance to study in Canada, why argue about the location and the program? So Rimouski, Québec it was going to be for this young man.

I could not imagine what it was like to live on a continent like Africa, or may be just a bit because i had visited Morroco and seen how people in villages in the mountains or country side lived. Traveling on the back of mules, or using camels, they could cross a road no much faster then 10 km per hour, but it was a steady rythm. I had had a sense of the Arabic World, yet this was far from the Black World. Such was my limited thoughs on the subject then.

After a couple of months of more flirtatious behaviours and a kisses stolen one night at a Univeristy party, he asked me to marry him because in his culture, he said, it was not allowed to be involved with a woman without being married.

I had my doubts. Internet did not exist then to ask questions to Mr Google, Siri or Alexa, i could only rely on others who had a better glimpse at these cultures. I asked him if he really was willing to get married for that or because he wanted to have his papers to stay in Canada.

«May be you just need a sponsor and are to shy to ask me directly to sponsor you?» I asked.

He could have not say no to this. Instead, he said : «If this is what you are thinking, you are free to think what you want » How agile of him and poor thinking of me.

I understood that it was the case and married him. This was the start of my life getting transfiguring from being a white woman feeling black inside. The feeling lasted for 25 years so far, even after we got divorce 6 and half years after the civil wedding. This experience gave me a view from inside a black community leaving in a majority white community further north east of Québec City, Rimouski.

What one can do in the name of « LOVE »…

I gave this man the best of myself, of my youth, of my soul, of my intimity and of my culture and ideas. Especially this last one. Although he denied the life we created together by aborting it, he made it clear he was only interested in pursuing his faith for becoming a celebrity as such as his Aunt had predicted him. From my 27th year old high, I told him all about the unicity of French Canadian, the fabric of what make us different from the rest of Canada (ROC). I do write these texts now in English for a reason, dont be fouled by me…

If i have contaminated him with my culture, so did he with his. This marriage was a failure from the begginning as it was based on accessing to papers and to create a family. However i did the best i could to understand how i could weave our cultures to become a happier couple. Of course, the basic was communication, but isn’t it the case for most young couples with no experience in sharing a commun life and space? Today, i concluded the real failure of the common life we had to a lack of enthouiam from him to be part of our team as it needs t obe two to tango.
This is the second rock on my road on the quest of cultural knowledge. Of course, i did not know it then as i had no distance from all that I was living.
From my side, i was a very ambitious woman with dream of traveling and discover the world and a civil status was the less of my worry then! I was told once by a dear Friend, Andrée, the mother of one of my teenage friend, that as a woman, if i wanted to be free it started with money : I needed to become indepent and autonomous without thinking that husband would pay for what i wanted. I thank her today for her shared wisdom. I miss her as well, her advises, her intellectual and curious mind. Of course, my mom was a perfect example of a working woman beeing freer with her money. But this will be an other chapter of my story to come.

Des loups et des femmes

La terre est grande. Bon, ça dépend du point de vue; celui de la fourmi au travail ou du loup à la recherche de proies à dévorer, de la chauffeuse de camion lourd qui parcourt les Amériques tous les mois ou celui de l’astrophysicien qui scrute tous les recoins de l’Univers à l’aide de ses télescopes.

Néanmoins, selon les derniers chiffres du Bureau de recensement américain (6 mars, 2018), la petite planète bleue héberge près de 7 milliards 500 millions d’humains, mais à peu près l’équivalent de femmes (49,6%) et d’homme (50,4%) selon l’Organisation des Nations Unies (2017). Comme le genre masculin tend à mourir davantage à la naissance et à vivre moins vieux que les femmes, on peut considérer que la nature à créer une équité en nombre des deux genres cohabitant cette planète. Pourtant, les statistiques deviennent moins gaies quand on regarde du côté de l’éducation, de la violence, de l’abus et de l’économie.

Analphabétisme et éducation

Les statistiques sur la disparité des genres quant à l’éducation et à l’accès aux connaissances ne semblent guère réjouissantes. Selon l’UNESCO, il existe  774 millions d’adultes analphabètes dans le monde; 67% sont  des femmes. Et cette proportion est Lire la suite « Des loups et des femmes »

Love shakes

Why is it that everytime love surrounds me I start shaking and it is not of pleasure? When i was young, i have associated love with receiving a slap on my face or a belt on my back and legs. I have heard my mother complaning enough of my dad’s brutality and from my two foot height, nothing good could come from the love of a man. But not much either would come from the loving hand of my mother since she was  pretty good too on beating on her children, or at least on me.The difference between me and other kids who suffer is that i had a roof over my head and was too scared to go on my own. Oh! I did try to leave the parents house when i was about 5 year old, but i soon realized i could not survive on my own just yet. So i have counted the days until i was able to fly on my own.

Beating a child is the last  thing on earth that should be happening. Adults, whom are the mature and reasonnable creatures of  »God » should be the ones to blame but many child abusers are let free unpunished, not feeling any guilt and pursuing their  life and abusive acts. The damage done on children, the victims, is a life threat. The facts on  child abuse and neglect are  that  »1 in 10 children suffer from child maltreatment. 1 in 16 children suffer from sexual abuse. Nearly 1 in 10 children are witnesses to family violence (SafeHorizon, 2015) ». Leaving children in poverty is no better. How many of them are sleeping in the streets of Manilla or living in a dump?

I believe that a society led by a Government who is not taking care of their youth and children is also as guilty as any adults who is beating up and abusing a child. This is neglecting care for those who need it. Seeing it and not acting to solve the situation is part of the problem. If you believe that solutions and concrete actions should come from your Government and the Society you are in, please forward this message to your friends and family. I also invite you to do an action today to help a child in need : you can become a Big brother or a big sister, you can adopt or foster a child, you can write petitions or blogs, make a video or photos to comment and collect information in you city about children who are neglected and sensitize your community with it using social media lile Twitter, Pinterest, Facebook, etc. The choice is yours and this short list is just an example of what is possible. Keep the ball rolling.