Survivance

Cette série de courts récits fait entrer les lecteurs dans l’univers de la survivance et de ses variantes.

(english version)

Démasqués

Les opprimés savent aussi se manifester – ils sont quelques millier sans masque, adultes ou enfants, victimes de la majorité, des lois gouvernementales dictées, selon eux, à des fins dictatoriales futures, pour contrôler les Humains et leur liberté. Au nom de la liberté, ils envoient des doigts d’honneur au premier ministre sortant et fustige le porteur du message de mots peu courtois. C’est d’une élégance de pauvres qui manquent de mots pour exprimer ses émotions. Pauvre Justin qui reçoit l’empathie d’un public électeur concevant bien que face à ces insultes majeures peu méritées d’une minorité, le parti libéral lutte lui aussi contre ses oppresseurs. Un brin de cynisme à la fois…

Monia

Monia arrive à l’hôpital avec son papa. Il peine à respirer. Il frissonne, fiévreux, son regard est suppliant :  »donner moi de l’oxygène ».
Une journée plus tôt, il revenait du Liban pour déplacements professionnels en passant par Paris, une escale non obligatoire, mais favorite, qui lui permettait, lorsqu’il voyageait en Europe, de prendre quelques moments avec d’autres membres de sa famille, avant de retourner en Amérique. La veille de son départ en début mars, il avait bien quelques sueurs nocturnes; il s’était contenté de se dire qu’il avait de la chance de se réveiller avec un léger mal de gorge et un mal de tête. Rien qu’un comprimé contre la douleur ne pouvait soulager. Puis il s’était rendu en taxi à l’aéroport internationale de Beyrouth. Monia, sa fille et Marie-Laure, sa sœur ainée, l’attendaient à bras ouverts à Orly. Le temps de passer quelques jours en famille et de profiter de la douceur du printemps parisien. Ravid a eu le temps de les embrasser et de se rendre chez elles. Prétextant la fatigue du vol, il a demandé à aller se reposer quelques heures. Le lendemain matin suivant, sa sieste s’était transformée en plusieurs heures de sommeil. Quand Monia a décidé que son père avait assez dormi, quelques coups sans réponse a sa porte de chambre l’ont convaincu que ça n’allait peut-être pas si bien. Elle l’a trouvé inconscient dans son lit, respirant à peine.

Ravid est parti quelques jours plus tard non par vers l’Amérique, mais vers la morgue. Dix jours plus tard, Marie-Laure l’y rejoignait. Tandis que certains survivent, d’autres quittent précocement leur vie.

Deux mètres

J’en rage. Je regarde mon voisin dans la ligne allant au supermarché et je me demande s’il est conscient de sa personne. Il ne garde pas le deux mètres de distance. Il fixe son téléphone, avance machinalement lorsque la personne devant lui fait un pas vers la porte de l’épicerie. Il est hypnotisé à son téléphone. Il porte son masque en bas du nez, pour mieux respirer, j’imagine. Comment lui reprocher de vouloir respirer? Je m’interroge sur la qualité de son masque : les épaisseurs de tissu, sa capacité à respecter ces nouveaux codes sociaux (se laver les mains, se faire tester si des symptômes apparaissent, ne pas cracher dans la face des autres personnes, etc.). C’est le respect de ces codes dont nous devons tenir compte qui nous aidera à protéger les autres et nous-mêmes de ceux qui sont asymptomatiques et déambulent tout de même dans les allées d’avions et les rues de nos villes et villages, sur les plages de nos campagnes. Je maudis ces idiots qui comparent le virus à celui d’une grippe faussement mise en avant comme nouvelle arme bactériologique pour mieux contrôler la liberté des gens et la sainte démocratie du peuple. Je me demande si ce voisin de file est conscient qu’il est peut-être porteur du Covid 19, que toutes les particules d’aérosols sortant de son nez et de sa bouche contribuent à la multiplication de la maladie. Je m’enrage moi-même de ne pas pouvoir me restreindre à rester chez moi, barricader, de devoir sortir pour aller faire des courses, de ne pouvoir visiter les membres de ma famille qu’en passant par Messenger vidéo ou d’aller au parc à chiens en m’isolant dans un coin du parc afin d’éviter toute discussion ou socialisation avec les autres. J’ai beau avoir bien des connaissances, cela n’enlève pas l’humain en moi et sa stupidité qui se nourrit de mes frayeurs. Ce virus a maintenant tué 5 000 000 de personnes à travers le monde. Combien d’autres seront atteints par ce virus? Qui y survivra?

Opprimés

Cette année, j’ai entendu et vu dans les médias que l’oppression avait une couleur toute particulière au Canada et ailleurs. Surtout dans les hôpitaux. Joyce est morte parce qu’elle est amérindienne, mère de plusieurs enfants qu’une infirmière lui reproche d’avoir enfantés. Elle a lutté contre ses oppresseurs, un système médical infantilisant et raciste quand l’occasion fait le larron. Les opprimés vivent peut-être dans la pauvreté économique, dans la pauvreté verbale par manque d’éducation de la langue anglaise ou française ou par manque de respect à leur égard de la part des riches et des éduqués. Les opprimés peuvent aussi venir des lois sociales dictées par les autorités selon les contextes et l’environnement des époques qui construisent les sociétés. Ils sont oubliés sur des territoires qui leur revient par les droits ancestraux, ils sont affichés sur des politiques propagandistes pour obtenir des votes en temps d’élection, ils sont enterrés dans des fosses communes pour qu’on les oublie plus vite, cachés par le silence des autorités ecclésiastiques parce qu’ils n’en valent pas la peine. Les opprimés n’ont pas droit à l’eau courante ni à l’électricité dans un pays où l’abondance se définit par ses barrages hydroélectriques et ses richesses minérales. Peut-être que les opprimés vont un jour éliminer les oppresseurs et ils auront peut-être raison. En attendant, Alpha, Bêta, Lambda, Mu, Delta et tous ceux qui viendront s’ajouter aux vagues virales s’occupent de supprimer tant l’opprimé que l’oppresseur.