Little White Girl – part II

Little white girl II or Feeling black in a white body

How did I come to feeling black inside my white body?

monochrome photo of woman sleeping on ground
Photo de Xi Xi sur Pexels.com

Him – « What’s your name, beautiful one? » says the tall black man meeting the little white girl at the University student coffee shop.

Her – « Why do you want to know my name for? » The question made her feel inconfortable. What came next was even worst.

Him – « Because I love you! »

He seemed sincere yet his answer, for some reasons, felt like a trap.

Her – « But you don’t know me, how can you love me already! » She was used at men starring at her but not so much with this new style at being so flirtatious and direct.

Him – « Quite simple! Because I love the color of your skin! I also love the way you walk with so much determination as if you know exactly where you are going all the time! »

Her – « That does not make sense at all! How about we become friends and i interview you for a radio program i lead with Desjardins at the University Students Radio Station? I want to know about your life in Senegal and how it feels like to land in North America to study : Rimouski instead of New york or Boston must be a shock, no?. »

We started planning the interview and I soon learned that as a recipient of the Francophony Grants, for his master degree, he was not allowed to choose where he wanted to study nor the exact program he wanted to do. He wanted to study vegetal biology but there was no such programs in Rimouski where they sent him. Apparently, the recepients were divided between a certain amount of French Canadian Universities where they could pick up a program that was the closest to what they wanted. Since one has the chance to study in Canada, why argue about the location and the program? So Rimouski, Québec it was going to be for this young man.

I could not imagine what it was like to live on a continent like Africa, or may be just a bit because i had visited Morroco and seen how people in villages in the mountains or country side lived. Traveling on the back of mules, or using camels, they could cross a road no much faster then 10 km per hour, but it was a steady rythm. I had had a sense of the Arabic World, yet this was far from the Black World. Such was my limited thoughs on the subject then.

After a couple of months of more flirtatious behaviours and a kisses stolen one night at a Univeristy party, he asked me to marry him because in his culture, he said, it was not allowed to be involved with a woman without being married.

I had my doubts. Internet did not exist then to ask questions to Mr Google, Siri or Alexa, i could only rely on others who had a better glimpse at these cultures. I asked him if he really was willing to get married for that or because he wanted to have his papers to stay in Canada.

«May be you just need a sponsor and are to shy to ask me directly to sponsor you?» I asked.

He could have not say no to this. Instead, he said : «If this is what you are thinking, you are free to think what you want » How agile of him and poor thinking of me.

I understood that it was the case and married him. This was the start of my life getting transfiguring from being a white woman feeling black inside. The feeling lasted for 25 years so far, even after we got divorce 6 and half years after the civil wedding. This experience gave me a view from inside a black community leaving in a majority white community further north east of Québec City, Rimouski.

What one can do in the name of « LOVE »…

I gave this man the best of myself, of my youth, of my soul, of my intimity and of my culture and ideas. Especially this last one. Although he denied the life we created together by aborting it, he made it clear he was only interested in pursuing his faith for becoming a celebrity as such as his Aunt had predicted him. From my 27th year old high, I told him all about the unicity of French Canadian, the fabric of what make us different from the rest of Canada (ROC). I do write these texts now in English for a reason, dont be fouled by me…

If i have contaminated him with my culture, so did he with his. This marriage was a failure from the begginning as it was based on accessing to papers and to create a family. However i did the best i could to understand how i could weave our cultures to become a happier couple. Of course, the basic was communication, but isn’t it the case for most young couples with no experience in sharing a commun life and space? Today, i concluded the real failure of the common life we had to a lack of enthouiam from him to be part of our team as it needs t obe two to tango.
This is the second rock on my road on the quest of cultural knowledge. Of course, i did not know it then as i had no distance from all that I was living.
From my side, i was a very ambitious woman with dream of traveling and discover the world and a civil status was the less of my worry then! I was told once by a dear Friend, Andrée, the mother of one of my teenage friend, that as a woman, if i wanted to be free it started with money : I needed to become indepent and autonomous without thinking that husband would pay for what i wanted. I thank her today for her shared wisdom. I miss her as well, her advises, her intellectual and curious mind. Of course, my mom was a perfect example of a working woman beeing freer with her money. But this will be an other chapter of my story to come.

Little White Girl

or Is my White Colored Skin a cultural appropriation ?

Part 1

Nowadays we’re having these debates on Cultural appropriation, talking about borrowing from a culture other then ours without asking permission. Questionning also about creating or wearing wigs looking like Caucasian or African hair styles. Fighting about wearing clothes or confectioning them using values and customs from people that usually wears it on their day to day life.  In fact, it’s about a ruling culture stealing from minority cultures their stories, their songs, their dance, their knowledge, their souls to transform them as the prevaling one, for the dominant one, into some other show or wealth that will be seen differently by the public because of their super power. Then if my culture, my wisdom is stolen, what is left?

What is apropriate, what is not? What is culture, what is not? What is freedom?
These are the questions.

What i am about to talk all happened before 1990, some 30 years ago.

IMG_2500I am born white colored skin in a small village in Quebec, Canada. Almost Everyone there are that same white skin beside some First Nation families from second of more generations. After all, this village, created in 1881, is part of the Malecites land and Nation that spread its paths from The Saint-Lawrence River up to New-Brunswick, Fundy Bay, Atlantic.

Lire la suite « Little White Girl »

L’intelligence collective au service des réseaux sociaux

Par Lynnda Proulx
Récipiendaire du 2e prix d’essai littéraire
Concours Jean-Robert Gauthier
Défi 2011-2012

C’est en interagissant que l’on se construit
une culture commune, une identité,
une langue commune.

Dalley, 2008

 

Plus les membres des différentes communautés francophones[1] interagissent entre eux, plus ils se connaissent et mieux ils se comprennent! Si c’est le but que veulent atteindre les gouvernements et les différentes composantes de la société civile, alors les outils des médias sociaux sont essentiels pour arriver à créer ces réseaux sociaux!

Contrairement à ceux qui croient que l’Internet et les réseaux sociaux déshumanisent les liens sociaux et creusent un gouffre entre les branchés et les non branchés[2], je suis partisane du discours optimiste de son utilisation. Ce discours suppose que les communautés virtuelles, les utilisateurs internautes et les friands de technologie intelligente participent, à différents niveaux et à travers différentes couches sociales, à la confection d’un tissu collectif et font preuve de créativité sociale qui encourage l’interaction et la mobilisation. Ainsi, parce que les médias sociaux utilisent l’intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne et que l’accès à des applications ou des interfaces telles que Wikipédia, Twitter, Facebook, YouTube est peu couteux et relativement flexible, il serait possible de créer une francophonie canadienne qui ne craint pas ses différences culturelles et ses variations linguistiques. Il serait possible de créer une unité francophone canadienne qui se sente forte dans son identité et valorise sa parlure colorée d’où qu’elle provienne! Sur la toile, plus de frontières! La proximité physique n’est plus une condition sine qua non pour entrer en communication avec l’Autre. Au lieu d’isoler la personne, l’Internet, avec ses réseaux sociaux, multiplie les rencontres et les communications entre les individus sans enlever les rencontres quotidiennes face à face ou les contacts par téléphone. N’est-ce pas d’ailleurs pour cela que de vrais mouvements sociaux se sont mis en branle? La mobilisation des peuples arabes en est un exemple. Les gouvernements des pays où les sociétés civiles se sont révoltées ont même bloqué l’accès à certains sites comme Facebook, mais les populations civiles, à l’aide des hackers, ont trouvé d’autres moyens technologiques de les contourner et ont continué à montrer au monde entier ce qui se passait dans leur pays parce qu’ils ont filmé, pris des photos et publié leur production sur YouTube ou Facebook. Le secret de cette réussite passe par la capacité collective à mobiliser chaque individu.

En ce moment, au Canada, la vie francophone donne plutôt l’impression d’être morcelée. Tantôt une ville bilingue qui cache le français dans ses fonds de tiroir et qu’on va sortir seulement s’il reste de l’argent pour l’afficher[3], tantôt des mobilisations de dialogues entre organismes pour s’ouvrir à l’arrivée d’immigrants qui viennent bouleverser l’identité et les valeurs d’une francophonie sur ses gardes pour cause d’insécurité[4]. Les médias sociaux se présentent comme une belle solution pour agir comme ciment social et réunir les fragments épars de la francophonie canadienne. Ils permettent à tous de s’exprimer et de sentir qu’ils font partie de cette collectivité.

Sur les sites Internet des différentes composantes de la société civile et des gouvernements du Canada, pourquoi ne pas encourager les utilisateurs francophones et francophiles à produire et publier des vidéos, des photos pour donner une image à cette francophonie qui vient de tous les horizons! Il importe d’encourager la production de textes et la mise en commun d’idées vers la création d’une toile collective, mais également de promouvoir la libre expression. Par exemple, il pourrait y avoir sur tous les sites des gouvernements et des députés des différents partis au pouvoir un hyperlien qui permettrait aux citoyens de déposer des commentaires, car visiter un lien est une chose, laisser une empreinte qu’on y est passé en est une autre! De plus, cette manière de communiquer donnerait accès directement à la pensée citoyenne de toutes les couches sociales sans avoir à passer par différents intermédiaires. La multiplication de blogueurs hébergés sur les sites des organismes et institutions francophones est un autre exemple qui permettrait de varier les points de vue et dynamiser les échanges sur les forums de discussions. Les balados, les flux RSS à suivre, seraient également des espaces virtuels qui permettraient de faire connaître la francophonie à l’heure du jour et d’en diversifier les produits. Même si cela existe peut-être déjà, les blogues, les forums de discussion, les MySpace ne sont pas suffisamment promus et connus! D’ailleurs, un rapide coup d’œil sur le site de Wikipédia[5] me fait découvrir que bien que le terme « canadien-français » existe, il n’existe encore aucune entrée pour celui de « francophonie canadienne ». Peut-être que l’on pourrait commencer par là puisque l’encyclopédie Wikipédia est un des sites les plus fréquentés par les internautes?

Voilà pour les réseaux sociaux mis au service des communautés francophones et des gouvernements du pays… maintenant, le comment utiliser les réseaux sociaux dépend beaucoup du but derrière la volonté de les créer ou d’y participer. Il faut comprendre que leur utilisation n’est pas qu’une entrée dans le monde virtuel des internautes : réagir, clavarder, consulter un site, chercher des informations, visionner une vidéo sur YouTube, Skyper, Twitter, Facebooker, Orkuter, demande du temps réel pour organiser les informations afin de les mettre en ligne et de les rendre accessibles sur les réseaux sociaux! Et cela demande un peu, beaucoup, énormément de temps! Du temps réel où quelqu’un est assis devant son écran de portable ou de téléphone intelligent pour créer tout cela! Et que dire du temps réel nécessaire pour répondre aux personnes qui veulent intervenir, interagir, faire des commentaires et vouloir recevoir des réponses? Car qui dit émettre un message sous-entend aussi y répondre — puisque sans l’un ou l’autre, il n’y a pas de communication, pas de message reçu ou transmis. Qui sera responsable de gérer, de coordonner tout cela? Pour répondre à cette question, la meilleure réplique que je peux donner est la suivante : il faut penser à l’embauche de responsables de communautés, d’éditeurs de médias sociaux ou de journalistes-développeurs pour gérer la production de tout ce réseautage social virtuel. Les réseaux sociaux ont plus d’avenir avec eux à la barre! Ils sont formés, ont de l’expérience et permettront d’économiser non seulement du temps mais de l’argent!

Liste de références

Citoyenneté et immigration Canada – Comité directeur. (2006). Plan stratégique pour favoriser l’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire. Citoyenneté et immigration Canada.

Dalley, P. (2008). Principes sociolinguistiques pour l’encadrement pédagogique, 281-300. Dans Phyllis Dalley et Sylvie Roy (dir). Francophonie, minorités et pédagogie. Ottawa, ON : Presses de l’Université d’Ottawa.

Faculté d’Éducation de l’Université d’Ottawa. (2009). École et Faculté, Dialogue. Université d’Ottawa.

Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA). (1999).Dialogue. (page consultée le 10 janvier 2012), http://www.fcfa.ca/fr/Bibliotheque
De_La_Fcfa_Sections_33/Immigration_Et_Diversite_Culturelle_88

Fraser, G. (2011). Ottawa, ville bilingue? (page consultée le 27 janvier 2012), http://www.ocol-clo.gc.ca/html/speech_discours_03112011_f.php

Laflamme S.et S. Lafortune. (2006). Utilisation d’Internet et relations sociales. Biblid 0382-73, p. 97-128.

Wikipédia, l’encyclopédie libre. (2012). Page d’accueil. (page consultée le 29 janvier 2012), http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal

___________________
Notes

[1] La définition de « communautés francophones » est prise dans le sens de celle donnée par les auteurs du Plan stratégique pour favoriser l’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire, représenté par le Comité directeur de Citoyenneté et immigration Canada, 2006, p. 2. Elle englobe ainsi toutes les forces vives de la société civile qui contribuent à l’enracinement et à l’épanouissement de la francophonie en situation minoritaire.

[2] Simon Laflamme et Sylvie Lafortune. (2006). Utilisation d’Internet et relations sociales. Biblid 0382-73, p. 97-128.

[3]Graham Fraser. (2011). Ottawa, ville bilingue? (Page consultée le 27 janvier 2012), http://www.ocol-clo.gc.ca/html/speech_discours_03112011_f.php

[4] Faculté d’Éducation de l’Université d’Ottawa. (2009). École et Faculté, Dialogue. Université d’Ottawa. Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA). (1999).Dialogue. (page consultée le 10 janvier 2012), http://www.fcfa.ca/fr/Bibliotheque_De_La_Fcfa_Sections_33/Immigration_Et_Diversite_Culturelle_88

[5] Wikipédia, l’encyclopédie libre. (2012). Page d’accueil. (page consultée le 29 janvier 2012), http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal

DE L’HÉRIGAGE CULTUREL

 

’16. (1) Le français et l’anglais sont les langues officielles du Canada;
ils ont un statut et des droits et privilèges égaux quant à leur usage
dans les institutions du Parlement et du gouvernement du Canada.
’’

Gouvernement du Canada – Charte canadienne des droits et libertés, 1982.

La langue française au Canada est synonyme de persévérance quotidienne. Tandis que les uns déploient des efforts constants pour l’apprendre ou pour ne pas la perdre, pour d’autres, elle représente l’obtention d’un meilleur emploi, le défi d’exprimer son identité. Je discute dans ce texte à propos de la langue et de la culture francophone que nous léguons aux générations suivantes et comment les services en français ne sont pas liés aux droits ou aux privilèges ni au contexte économique, mais plutôt le résultat d’un héritage culturel.

Lire la suite « DE L’HÉRIGAGE CULTUREL »