Madame Robertson

Dans le cadre du concours d’écriture «Racontez-nous l’Est ontarien» de 2019 lancé par la maison d’Éditions David, 80 participants ont envoyé leur texte pour la fin de la saison estivale. Parmi eux, quarante auteurs ont pu voir leur création publier. Nombre d’entre eux ont souligné la sortie du livre célébrée en février au CHARDO dans la petite municipalité d’Alfred, le long de la 17.

En tant que blogueuse et grande amoureuse des différentes formes d’Arts, dont l’écriture, j’ai tenté ma chance en écrivant quelques idées provenant d’une belle histoire créée de toute pièce. Puis, j’ai participé aux ateliers animés par des experts en création et en écriture que propose les Éditions David afin d’aider les auteurs en herbes à bien saisir les règlements du concours. À la suite de cet atelier, animé par l’écrivain David Ménard, ses judicieux conseils m’ont permis de réaliser que je devais ajuster mon travail et coller mon histoire plus près de ma réalité personnelle. Ainsi, j’ai écrit une nouvelle histoire qui me ressemblait davantage. Dès lors, Madame Amy Robertson est née. Un personnage qui amalgame les traits de caractère et les valeurs de plusieurs personnes que j’ai rencontrées tout au long de ma carrière professionnelle en éducation, notamment parmi les 20 dernières années passées au collégial technique en Ontario, desservant surtout l’Est ontarien. J’ai voulu rendre honneur à ces collègues et étudiants qui m’ont inspirée.

Contrairement à ce que certaines personnes ont pu en dire, cette francophonie ontarienne, dont je fais partie, demeure très active dans la vie canadienne et bien vivante. Elle vibre de sa présence littéraire et artistique : je pense ici à toute la scène culturelle scintillant à travers les associations d’auteurs et les artistes, les galeries d’Art, les communautés de pratique, les maisons de productions cinématographiques et les festivals de cinéma, les arts de la scène, ses comédiens et ses musiciens, mais aussi par sa dimension éducative que ce soit le Collège la cité,le Collège Boréal, l’Université d’Ottawa, la nouvelle Université de l’Ontario français, l’Université Laurentienne ou l’Université de Hearst dans le Nord ontarien. Le plus stimulant de cet univers est que toute personne, quelque soit sa provenance et ses horizons, désirant se construire une place en Ontario français peut y arriver et contribuer à la faire grandir!

Je vous invite donc à découvrir ces quarante histoires qui vous feront voyager dans l’Est ontarien, chez les francophones évoluant sensiblement en contexte minoritaire.

Vous pouvez vous procurer une copie de ce livre que vous retrouvez sous différents formats en vous dirigeant sur le site d’achat aux Éditions David.

Je vous souhaite une bonne lecture et remercie tous ceux et celles qui encourageront les Éditions David, maison d’éditions au cœur de la francophonie ontarienne.

Vos commentaires demeurent toujours les bienvenus, car je crois que le dialogue demeure le seul corridor qui nous assure que nous pourrons grandir ensemble! Bonne journée et demeurez prudents en cette période de confinement-déconfinement de Covid19.

L’oeuvre de la page couverture
a été réalisée par BERNARD LÉVESQUE, artiste de l’Est ontarien

Deuxième chance

par Standlin Saint-Hilaire
étudiant de 1ere année,
Programme de sécurité informatique
Collège La Cité, Ottawa

J’écris pour m’exprimer, pour me libérer le cœur

Il n’est pas bon d’avoir un cœur lourd

Ma vie est trop courte pour passer mon temps à haire,

On a juste le temps pour aimer.

Le bonheur dépend littéralement de l’attitude envers la vie.

Ma vie est très simple, alors je ne vais pas passer mon temps à la compliquer.

Dans la vie, il n’y a pas de deuxième chance, car une erreur est une erreur, mais de la répéter est un CHOIX

Si la vie décide de me donne une deuxième chance, je changerai pour ouvrir plus grand les yeux et l’esprit.

Ne perdez pas votre temps dans cette vie; on dit que le temps est gratuit, mais avoir le temps est coûteux.

Dans cette vie, on n’a pas de temps à perdre, faisons ce qu’on a à faire parce on est toujours libre de changer d’idée pour avoir un futur diffèrent.

Little White Girl – part II

Little white girl II or Feeling black in a white body

How did I come to feeling black inside my white body?

monochrome photo of woman sleeping on ground
Photo de Xi Xi sur Pexels.com

Him – « What’s your name, beautiful one? » says the tall black man meeting the little white girl at the University student coffee shop.

Her – « Why do you want to know my name for? » The question made her feel inconfortable. What came next was even worst.

Him – « Because I love you! »

He seemed sincere yet his answer, for some reasons, felt like a trap.

Her – « But you don’t know me, how can you love me already! » She was used at men starring at her but not so much with this new style at being so flirtatious and direct.

Him – « Quite simple! Because I love the color of your skin! I also love the way you walk with so much determination as if you know exactly where you are going all the time! »

Her – « That does not make sense at all! How about we become friends and i interview you for a radio program i lead with Desjardins at the University Students Radio Station? I want to know about your life in Senegal and how it feels like to land in North America to study : Rimouski instead of New york or Boston must be a shock, no?. »

We started planning the interview and I soon learned that as a recipient of the Francophony Grants, for his master degree, he was not allowed to choose where he wanted to study nor the exact program he wanted to do. He wanted to study vegetal biology but there was no such programs in Rimouski where they sent him. Apparently, the recepients were divided between a certain amount of French Canadian Universities where they could pick up a program that was the closest to what they wanted. Since one has the chance to study in Canada, why argue about the location and the program? So Rimouski, Québec it was going to be for this young man.

I could not imagine what it was like to live on a continent like Africa, or may be just a bit because i had visited Morroco and seen how people in villages in the mountains or country side lived. Traveling on the back of mules, or using camels, they could cross a road no much faster then 10 km per hour, but it was a steady rythm. I had had a sense of the Arabic World, yet this was far from the Black World. Such was my limited thoughs on the subject then.

After a couple of months of more flirtatious behaviours and a kisses stolen one night at a Univeristy party, he asked me to marry him because in his culture, he said, it was not allowed to be involved with a woman without being married.

I had my doubts. Internet did not exist then to ask questions to Mr Google, Siri or Alexa, i could only rely on others who had a better glimpse at these cultures. I asked him if he really was willing to get married for that or because he wanted to have his papers to stay in Canada.

«May be you just need a sponsor and are to shy to ask me directly to sponsor you?» I asked.

He could have not say no to this. Instead, he said : «If this is what you are thinking, you are free to think what you want » How agile of him and poor thinking of me.

I understood that it was the case and married him. This was the start of my life getting transfiguring from being a white woman feeling black inside. The feeling lasted for 25 years so far, even after we got divorce 6 and half years after the civil wedding. This experience gave me a view from inside a black community leaving in a majority white community further north east of Québec City, Rimouski.

What one can do in the name of « LOVE »…

I gave this man the best of myself, of my youth, of my soul, of my intimity and of my culture and ideas. Especially this last one. Although he denied the life we created together by aborting it, he made it clear he was only interested in pursuing his faith for becoming a celebrity as such as his Aunt had predicted him. From my 27th year old high, I told him all about the unicity of French Canadian, the fabric of what make us different from the rest of Canada (ROC). I do write these texts now in English for a reason, dont be fouled by me…

If i have contaminated him with my culture, so did he with his. This marriage was a failure from the begginning as it was based on accessing to papers and to create a family. However i did the best i could to understand how i could weave our cultures to become a happier couple. Of course, the basic was communication, but isn’t it the case for most young couples with no experience in sharing a commun life and space? Today, i concluded the real failure of the common life we had to a lack of enthouiam from him to be part of our team as it needs t obe two to tango.
This is the second rock on my road on the quest of cultural knowledge. Of course, i did not know it then as i had no distance from all that I was living.
From my side, i was a very ambitious woman with dream of traveling and discover the world and a civil status was the less of my worry then! I was told once by a dear Friend, Andrée, the mother of one of my teenage friend, that as a woman, if i wanted to be free it started with money : I needed to become indepent and autonomous without thinking that husband would pay for what i wanted. I thank her today for her shared wisdom. I miss her as well, her advises, her intellectual and curious mind. Of course, my mom was a perfect example of a working woman beeing freer with her money. But this will be an other chapter of my story to come.

Nouveau départ

NOUVEAU DEPART
©David Mongulu, 2018
étudiant en Technologie de l’architecture

Je me réveille dans ce nouvel environnement.

Tout est si diffèrent.

Le chaud, le froid tout est à l’extrême.

Et s’adapter n’était pas dans le terme.

Je dois faire comme si de rien de rien n’été.

De toute façon, je n’ai pas le choix, telle est ma peine.

Alors j’écoute.

Je vois.

J’apprends.

Mais l’intégration n’est pas facile.

Après un long moment à croire que l’environnement était hostile.

Voilà la lumière au bout du tunnel.

Nouvelles rencontres, nouvelle amour.

Nouvelles cultures, nouveaux horizons.

Nouveau départ, nouvelle vie.

Tout parait à présent plus clair sur cette nouvelle terre.

Sur ce, merci à vous de faire de ma vie une toute nouvelle expérience.

 

 

 

 

SLAM – Courant de vie

 

         Une des activités que je fais avec mes étudiants ces temps-ci afin de les amener à jouer avec la langue, avec les mots et à exprimer à l’oral leur personnalité de manière originale et créative, se nomme le slam. Bien connue par les David Goudreault, Mehdi Hamdad et Grand corps malade de ce monde qui l’ont popularisé, il a aussi été soutenu par Slam Outaouais qui en est un des principaux moteurs dans la région d’Ottawa-Gatineau. J’ai donc donné pour consignes à mes jeunes adultes d’écrire un texte sur eux sous forme de slam qui va les présenter et faire connaitre certains traits personnels. J’ai aussi décidé de slamer ma vie et d’en écrire un pour eux que je partage avec vous, amie.s, lecteurs et lectrices de blogues.

Courant de vie (de L. Proulx)

 Tic tac tic tac, mon temps avance
à contre-courant
Tic tac tic tac, je me cache moi
derrière ma vague immense
Tic tac tic tac, OMMMMM

Mon heure vacille, une question de temps
Je risque mon sang à regarder ce qui me reste?
Suinter goutte à goutte ma chienne de vie?
Souiller mon corps en vie de ville?

Tic tac tic tac OMMMMMM

J’ouvre mes yeux, va t’en
Tête en l’air Tic tac tic tac
Je pense aux règles, ma mère, dimanche
Farme ta yueule! SHUT UP!

Tac-tic- tac-tic-tac OMMMMMM

L’heure s’écroule, je ferme ma bouche
J’éteins ma vision, mon vacarme tac-tic
Je me mets, moi, sous la manche
Étroite du mur étanche

Tac tic tac tic tac – cul de sac
Casse la muraille du murmure
Tombe le torrent de la tempête
Mord la poussière du vide

Tac-tic- tac-tic-tac OMMMMMM

Je cours vers ma vie, je me contracte
Ma ville sème sous silence
Des flocons d’ignorance crasse
De sa bouche le néant de ma langue
perle et déferle ses mots oubliés

Tic-tic- tac-tic-tac

***

          Pour ceux et celles qui l’ignorent, dans mon quotidien professionnel, je suis enseignante de français dans un établissement post-secondaire technique et à l’occasion, j’enseigne le slam. Mes étudiants ont au moins 17 ans, mais peuvent tout aussi bien en avoir 50. Cet établissement se situe dans un contexte particulier, celui d’être un collège de langue française dans une capitale canadienne où la majorité des résidents sont anglophones. Certains sont sûrement bilingues (44,8 %), d’autres francophiles, mais une majorité s’illustre par son unilinguisme endurci : 45, 5 % de la population de la région d’Ottawa – Gatineau parle seulement l’anglais et 8,6 %  parle seulement le français (Statistique Canada, 2012).

Ottawa, ma ville d’adoption depuis une bonne douzaine d’années  demeure toujours une ville officiellement unilingue de langue anglaise et ce sous la gouverne municipale du maire M. Jim Watson dont c’est le 2e mandat. Pourtant, elle est la capitale nationale d’un pays bilingue, le Canada. J’ignore encore ce que cette ville veut véhiculer comme image de marque au plan linguistique – j’ignore si un jour elle réajustera sa balance pour traiter la langue française d’égale à égale avec la langue anglaise.

En attendant, je prêche dans un désert la valeur d’un français bien écrit et l’amour de sa langue maternelle et je m’inquiète. C’est vrai, je me fais du soucis pour cette langue mal aimée. Je dis désert, car mes classes se vident au profit de cours en ligne (Internet) et d’examens de reconnaissance des acquis trop faciles à réussir. Je fais de mon mieux pour motiver mes troupes, celles qui demeurent fidèles et osent encore être ponctuelles et assidues. Ces jeunes vaillants qui osent encore parler le français avec la volonté de le perfectionner.

À ceux-là, je lève mon chapeau et je dis MERCI.

slam ma vie
slam ma vie

Tous droits protégés par ©slamavie