Olives divines

Olives divines

Une histoire de mise en bouche – trois petites olives farcies piment rouge – tout ce qu’il y a de plus ordinaire, de plus inclassable socialement – alignées sur un petit cure-dent de bois avec embout de couleur de préférence, mais un cure-dent tout simple fait aussi l’affaire.

* Comment les préparer
D’abord, choisir les rondes et bien vertes et ensuite les encuredenter tout en faisant attention de ne pas briser la chair. Puis les présenter dans l’assiette ronde en plaçant les mini-brochettes d’Olives divines selon la courbe du plat, les unes allongées près des autres en s’assurant que la pointe du cure-dent est accessible aux convives, car on ne voudrait pas ajouter de salive sur les bouchées que l’on touche involontairement. Pour attirer l’attention des consommateurs de buffet froid, annoncer que les Olives divines sont sur la table, décorées d’un cure-dent de bois.

Un mets simple, goûteux, qui peut avoir du style, ou pas de style du tout – qui en dit long sur l’hôte qui le place en buffet froid. Ces Olives divines peuvent aussi être accompagnées de la boisson ci-dessous.

Martini – recette 1
Dans un pot de verre, mélanger une demi-bouteille de Gin selon votre marque favorite, une autre demi-bouteille de vermouth et le jus d’un pot d’Olives farcies, quelques glaçons. Limiter la consommation à deux verres par personne, mais la quantité d’Olives divines est illimitée!

La mort à notre porte

Viendra-t-il un jour qu’un individu, loup solitaire ou membre d’un groupe terroriste tel les al-Shabab ou État islamique ou Boko Haram, cogne à notre porte pour nous trancher la gorge, nous tirer une balle dans la tête, jeter une grenade de haine parce que notre mode de vie n’est pas compatible avec l’Islam? Est-on en sécurité lorsque piéton ou cycliste, nous traversons un stationnement d’école, d’un centre commercial ou d’un endroit public?

Toutes ces inquiétudes ne foisonnent pas uniquement dans ma tête de Nord Américaine francophone, j’en suis convaincue. Ces quelques mots veulent entre autres souligner le travail et le courage de porte paroles, telle Karima Bennoune, qui parcourent le monde pour dénoncer de telles atrocités et aussi pour informer, éduquer le plus de gens possible.

Dans sa conférence intitulée La face du terrorisme qui ne fait pas les gros titres, Mme Bennoune sensibilise ses auditeurs à partager l’information qu’elle véhicule – voici sa conférence (cliquer sur le lien ou copier-coller dans la barre d’Adresse URL): https://www.ted.com/talks/karima_bennoune_the_side_of_terrorism_that_doesn_t_make_headlines?language=fr#t-754771

Le site Ajouad Algérie mémoires partage également des informations qui ne font pas les grands titres :  https://ajouadmemoire.wordpress.com/
mais qui publie des articles, des images sur des morts, victimes des extrémistes/intégristes, dont la disparition est demeurée trop longtemps silencieuse.

Ce billet est une bien petite contribution, mais néanmoins un geste de plus qui permet de briser le silence. Si chaque individu s’y met, courage, espoir, dialogue, pardon, c’est un geste qui deviendra contagieux.

Lynnda

Mes huiles/My art work

En septembre cette année, j’ai décidé de m’inscrire à un cours d’art supervisé par un artiste peintre canadien, David John, qui encadre, dirige, conseille des artistes amateurs. Ce qui m’a intéressé au départ c’est la liberté d’expression qui me permettait de travailler sur mes projets en cours tout en recevant des conseils d’un expert. Au premier cours, j’ai réalisé que je serais l’unique francophone, l’unique à peindre de l’abstrait, mais pas l’unique originale ou l’unique talentueuse! J’ai dû surpasser le stress de peindre dans un groupe, me rendre compte que j’avais des faiblesses, mais aussi que j’avais développé ma propre technique que je devais garder et continuer d’en explorer de nouvelles. Mes récents travaux artistiques sont le résultat d’inspiration trouvée à l’intérieur de ce groupe d’artistes peintres en herbe avec qui j’ai noué des liens.